Discrétion, secret professionnel, confidentialité et autre devoir de réserve

Publié le par CBE Market

C'est à croire qu'il s'agit d'un sujet confidentiel vu comme il est peu traité dans les manuels à l'usage des commerciaux...

Mais le devoir de confidentialité ne s'applique pas qu'aux professionnels de la santé ou aux avocats !

En réalité, dès notre plus jeune enfance nous devrions être mis en garde contre la divulgation de données personnelles (les nôtres et celles d'autrui !). En effet, je considère que la non-discrétion a un effet boomerang : si je raconte quelque chose à quelqu'un, celui-ci sait que je peux parler de choses qui le concerne à un autre individu.. par conséquent, je perd toute crédibilité... (heu... vous suivez toujours  ?)

D'autre part, quand je ramène à la maison mes soucis du boulot, et que je divulgue à mes proches les misères que me font vivre mon boss ou mes collègues, ma famille ne pourra plus jouer le rôle de "coup de pied dans les fesses pour me remettre au boulot" dès que je serai un tant soit peu démotivé(e)...puisqu'elle partagera avec moi mes soucis...

 

Mais le but du post d'aujourd'hui est d'aborder la confidentialité vis à vis des prospects et clients...

La semaine dernière, dans une pharmacie, la préparatrice n'arrive pas à lire une ordonnance...on sait, les toubibs écrivent très mal...on a déjà donné.... Elle appelle donc à son secours le pharmacien qui est entrain de servir un autre client...

Celle-ci (le pharmacien) n'arrive pas à lire non plus, et ne montre pas le moindre effort pour comprendre, se tourne vers la cliente et lui demande haut et fort : "dites moi ce que vous avez et je trouverai peut être le nom du produit !"

 

A quoi cela sert-il d'aller les uns après les autres dans des cabinets médicaux pour des consultations privées et personnelles si c'est pour dévoiler au grand public dans une pharmacie les soucis "privés" de notre santé ??????

Malgré leurs années d'études, ces professionnels doivent être rappelés à l'odre ! Un simple (mais ferme, le regard droit dans les yeux)

"je ne vais peut être pas déballer ma vie privée dans votre hall de gare..."

suffit pour leur faire comprendre que la discrétion fait partie de leur devoir...

 

S'il est choquant de voir un professionnel de la santé (du médecin à la secrétaire médicale) enfreindre les règles du secret professionnel, il en est tout autant à mon avis du commercial ou de la caissière...

J'exècre quand une "hôtesse de caisse" se permet, après avoir analysé le contenu de mes achats étalés sur le tapis roulant, de hurler à la cantonade : "ah, vous allez faire un pot-au-feu... c'est bon, ça !"  Est-ce que je rapporte haut et fort à tout le monde que son vernis à ongle est écaillé ?

 

Avis aux commerciaux : quand vous êtes en phase de découverte des besoins, et que vous posez des questions... veillez à ce que d'autres personnes n'écoutent pas...

  vous ne pouvez jamais savoir ce qui peut être un sujet délicat pour votre prospect... Autant certains s'amuseront à crier de partout qu'ils ne savent pas se servir d'un lave linge, car ils en retireront l'orgueil de n'avoir jamais fait ces basses besognes.... autant d'autres seront intimidés simplement à l'idée d'énoncer qu'il leur faut une taille 44.... Comme il est pénible d'avoir face à soi une vendeuse qui s'écrie : "Ah non, vous ne rentrerez jamais là dedans, il vous faut au moins une taille au-dessus" !!!!

 

Merci donc de respecter ces individus, qui, nous ne le dirons jamais assez, vous font vivre !!!!

Sans client, pas de commerce !

Sans lecteur, pas de blog !

Donc merci à vous d'être passé par ici !!! ;-)

 

A bientôt,

 

Bonjour chez vous !

Commenter cet article